Aller au contenu Atteindre le pied de page

ūüöÄ psycho mail #11 : les √©vitements sont-ils toujours √† bannir ?

 

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce onzième psycho mail !

 

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de quelque chose dont on parle souvent en TCC : l’√©vitement.

 

Pour celles et ceux qui ne savent pas ce que c’est, l’√©vitement c’est le fait de ne pas faire quelque chose, ou de ne pas aller quelque part √† cause de votre anxi√©t√©.

 

C’est quelque chose qu’on a facilement tendance √† faire, parce que √ßa soulage. En gros, je prends le train et j’ai fait une crise d’angoisse dedans, j’arr√™te de prendre le train pour ne pas prendre le risque de refaire une crise d’angoisse.

 

Et l’√©vitement, m√™me quand on ne souffre pas d’anxi√©t√© pathologique, on en fait tous¬∑tes !

 

Par exemple, participer en classe : 90% des √©l√®ves dans les √©coles, coll√®ges et lyc√©es n’aiment pas participer en classe, et essayent de le faire le moins possible. Et pourtant ils ne sont pas tous anxieux !

 

Il y a, pour tout le monde, des situations plus ou moins anxiog√®nes et l’√©vitement va √™tre LA strat√©gie qu’on aura tendance √† adopter en premier lieu. Le probl√®me c’est que dans le cas de troubles anxieux, l’√©vitement renforce le trouble.

 

Et oui, comme je l’ai s√Ľrement d√©j√† dit sur instagram, si vous avez pris l’habitude d’√©viter de prendre le train parce que √ßa vous angoisse, vous ne vous laissez pas l’opportunit√© d’exp√©rimenter que votre anxi√©t√© peut monter, stagner, puis redescendre au bout d’un moment. Au lieu de √ßa, vous √©vitez encore et encore, et √ßa ne fait que renforcer votre peur. Parce que plus vous √©vitez quelque chose, plus vous dites √† votre cerveau qu’il a raison d’avoir peur, ce qui la renforce.

 

Il existe aussi l’√©vitement subtil ! L’√©vitement subtil, c’est quand vous ne pouvez pas √©viter une situation, mais que vous allez faire quelque chose, ou avoir quelque chose pour diminuer votre angoisse dans la situation. Par exemple, faire semblant d’√©crire un sms quand vous attendez quelqu’un, ou alors essayer de penser √† autre chose pour ne pas trop stresser, appeler votre copain ou votre copine quand vous sortez faire des courses, avoir toujours une bouteille d’eau ou un anxiolytique sur soi, etc.

 

Et l’√©vitement subtil peut aussi renforcer votre trouble. Parce que le jour ou vous n’avez pas acc√®s √† cet √©vitement subtil (imaginons que votre conjoint¬∑e, que vous appelez √† chaque fois, n’est pas dispo) votre anxi√©t√© va √™tre doublement plus forte puisque vous n’avez pas ce qui vous rassure habituellement, ce qui peut cr√©er encore plus d’appr√©hension par rapport √† la situation, et g√©n√©rer encore plus d’√©vitement ūüĆÄ

 

Mais alors, l’√©vitement est-il forc√©ment √† bannir ?

 

Et bien non, pas forc√©ment. Et vous allez trouver √ßa bizarre puisque de toute √©vidence, l’√©vitement √ßa ne rapporte QUE des probl√®mes. Et bien pas toujours non plus.

 

En effet si vous souffrez d’un gros trouble anxieux et que vos √©vitements vous emp√™chent de vivre votre vie et de remplir vos obligations, √ßa craint et il va falloir vous exposer. Pareil pour l’√©vitement subtil. Si vous n’√™tes absolument pas capable de sortir sans votre conjoint¬∑e ou que vous devez absolument avoir dans votre sac votre portable, vos huiles essentielles, une bouteille d’eau, votre boite d’anxiolytiques, des chaussettes propres au cas o√Ļ et toute votre maison alors il va falloir travailler dessus pour en enlever quelques uns ūüė∂

 

Maintenant si vous faites des √©vitements une fois de temps en temps, que vous avez besoin de votre bouteille d’eau mais que ce n’est pas g√™nant si une fois vous ne l’avez pas, alors ce n’est pas indispensable de travailler sur √ßa.

 

Les √©vitements (et √©vitements subtils) font partie int√©grante de notre mani√®re de g√©rer l’anxi√©t√© au quotidien. Lorsqu’ils deviennent handicapants ou lorsqu’ils nous font souffrir alors l√† c’est important d’apprendre √† √™tre plus flexible mais globalement, √ßa nous arrive √† tous.

 

Par exemple moi j’ai 3 choses qui sont importantes pour moi quand je sors (et qui sont clairement un √©vitement subtil) : une batterie externe (au cas o√Ļ mon t√©l√©phone n’a plus de batterie), du doliprane (au cas o√Ļ j’ai mal √† la t√™te), des pansements (au cas o√Ļ je me blesse).

 

Voil√† ce sont les trois choses que j’ai toujours dans mon sac, parce que √ßa me rassure. Est-ce que je m’en sert ? Vraiment pas souvent ūüėÖ donc ils sont clairement l√† pour me rassurer. Pour autant, si un jour je ne les ai pas, je ne me sentirai pas forc√©ment super √† l’aise, mais je pourrai tout de m√™me faire ce que j’ai √† faire, √ßa ne me posera pas de probl√®me.

 

Pareil pour les √©vitements, si vous avez tendance √† √©viter de prendre les transports en commun parce que √ßa vous angoisse un peu et que vous avez l’habitude de prendre votre v√©lo, pas de probl√®me. Tant que si un jour vous avez besoin de prendre le m√©tro (parce que votre v√©lo est crev√© par exemple), vous pouvez le tol√©rer et le prendre, alors il n’y a pas forc√©ment de raison d’arr√™ter cet √©vitement.

 

Et c’est surtout √ßa qui compte ! Si vos comportements ne vous handicapent pas, ne vous posent pas de probl√®me dans la vie de tous les jours, ou ne vous font pas souffrir, alors ce n’est pas n√©cessaire de travailler dessus. √áa ne veut pas dire que vous n’avez pas le droit hein ! √áa veut dire que si vous n’en avez pas envie, c’est ok.

 

Et c’est un peu la m√™me chose pour les comportements qu’on va faire pour se rassurer (comme v√©rifier sa porte deux fois tous les soirs avant de dormir). On confond souvent ces petits comportements de r√©assurance avec un TOC alors que : un TOC √ßa pose probl√®me dans la vie de tous les jours et/ou √ßa fait souffrir.

 

Si vous v√©rifiez votre porte tous les soirs, deux fois mais que √ßa ne vous prend pas beaucoup de temps et que √ßa ne vous g√™ne pas, alors continuez ! Surtout si vous ne faites que √ßa ūüėČ mais on reviendra sur le sujet des TOC et du pathologique ou pas dans un autre psycho mail !¬†

 

Les psycho mails

Pour recevoir les prochaines éditions des psycho mails : la newsletter qui vous aide à guérir de l’anxiété