Comment reconnaître les personnalités “difficiles” ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la personnalité ? Selon le dictionnaire Larousse, une personnalité peut se définir de plusieurs façons. La première définition est “l’individualité psychologique de la personne telle qu’elle se manifeste dans ses comportements” et deuxièmement, “ l’ensemble des traits physiques et moraux par lesquels une personne est différente des autres”. Nous pouvons donc dire, globalement, que la personnalité est l’ensemble des pensées, des attitudes et des comportements d’un individu, qui le caractérisent. Mais allons plus loin encore, ce qui caractérise une personnalité, c’est la récurrence des pensées, des attitudes et des comportements ainsi que l’interdépendance des trois. Il y a, dans la personnalité, une idée de cohérence en plus de celle de récurrence. Une personne qui passe une heure à se faire belle pour une occasion spéciale n’est pas forcément coquette. A l’inverse, nous pouvons dire qu’une personne est coquette si elle passe une heure à se faire belle tous les jours (récurrence) et que ces pensées vont dans ce sens. Une personne qui se fait belle tous les jours pendant une heure mais qui le fait parce qu’elle n’a rien d’autre à faire ne sera pas forcément qualifiée de coquette. Or, une personne qui se fait belle tous les jours pendant une heure parce qu’elle aime plaire et prendre soin d’elle pourra être considérée comme coquette (cohérence).

Mais ici, le fait d’être coquette ne définit pas l’entièreté de la personnalité d’une personne. Ici, le fait d’être coquette est plus exactement un trait de personnalité, qui, combiné à d’autres traits de personnalité, forme la personnalité globale d’un individu. Et c’est cela qui différencie tel individu d’un autre au niveau de la personnalité. La combinaison de traits de personnalité forme la personnalité globale des individus, qui à son tour, va engendrer des réactions, des attitudes et des comportements bien distincts chez chaque personne.

Mais alors, qu’est-ce qu’une personnalité dite difficile ? Une personnalité difficile est une personnalité avec des traits rigides qui n’évoluent pas et qui, le plus souvent, se montrent dysfonctionnels, inadaptés à de nombreuses situations et qui sont générateurs de souffrance aussi bien pour la personne elle-même que pour son entourage (c’est le cas des “personnalités toxiques” et des “pervers narcissiques” par exemple). En psychologique clinique, ce type de personnalité, qui altère de façon significative le fonctionnement (psychique, social, professionnel) de l’individu, est appelé “trouble de la personnalité”.

Dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), nous retrouvons 10 troubles de la personnalité. Je vous laisse ici une brève description de ces troubles mais attention, le but ici n’est pas de mettre les gens dans des cases. Rares sont les personnes qui correspondent parfaitement à un trouble de la personnalité en particulier. Le plus souvent, il s’agit de personnes qui possèdent un ou plusieurs traits de ces personnalités.

  1. La personnalité obsessionnelle-compulsive. Les personnes obsessionnelles-compulsives ont un sens aigu et rigide de l’ordre et des règles. Bien souvent, elles sont extrêmement perfectionnistes et ont le besoin de tout contrôler. Si elles ont une tâche à réaliser, elles vont mettre en place un programme stricte à suivre à la lettre pour la réaliser et vont accorder plus d’importance à ce programme qu’à l’objectif de la tâche en lui-même. Elles accordent énormément d’importance aux règles, aux lois et aux principes et à leur application bête et méchante et considèrent qu’elles ne doivent surtout pas être adaptées aux circonstances ou aux contextes. Elles ne délèguent pas car elles ne font pas confiance et considèrent que personne ne fera aussi bien qu’elles. Lorsqu’elles travaillent avec quelqu’un, elles insistent et vérifient pour que tout soit réalisé selon leur méthode et leurs instructions. Les personnes obsessionnelles-compulsives sont généralement appelées “psychorigide”.
  2. La personnalité borderline (ou état-limite). Ce sont des personnes marquées par une grande instabilité émotionnelle, une grande fluctuation dans les relations interpersonnelles (des changements rapides et intenses de jugement et d’affects) ainsi qu’une mauvaise estime de soi. Ce sont des personnes qui ont énormément de mal à gérer leurs émotions et qui peuvent avoir des réactions disproportionnées et inadaptées face à certaines situations. Les personnalités borderline n’ont pas vraiment de zone neutre dans leurs jugements (soit elles aiment, soit elles détestent), elles font souvent des choix et prennent des décisions extrêmes en fonction du jugement et de leurs émotions à l’instant T qu’elles vont regretter plus tard lorsqu’elles seront apaisées. La mauvaise estime de soi se traduit par une peur extrême de l’abandon. Les personnalités borderlines feront tout pour ne pas être quittées et si jamais elles sont certaines que cela va arriver (peur qui est souvent imaginaire et non fondée) elles se “saboteront” pour ne pas souffrir d’une éventuelle perte (par exemple : mettre fin à une relation ou ne pas se présenter à un examen, etc.)
  3. La personnalité antisociale. Ces personnes sont appelées “psychopathe” dans certains référentiels mais surtout dans la culture populaire. Les personnes antisociales sont des personnes qui méprisent les lois, les normes sociales et les droits des autres. Ce sont des personnes impulsives, qui ont besoin de prendre des risques. Elles manquent d’empathie et peuvent parfois même éprouver du plaisir face à la souffrance des autres. D’ailleurs, elles n’hésitent pas à se servir des autres pour arriver à leurs fins en usant de techniques de manipulation et de séduction. Elles ont des difficultés à éprouver certaines émotions telles que la culpabilité, les remords ou encore les regrets.
  4. La personnalité narcissique. Les personnalités narcissiques ont une haute estime d’elles-mêmes. Elles se sentent importantes et exceptionnelles et attendent des autres qu’ils pensent la même chose et leurs réservent un traitement de faveur. Elles estiment que leur supériorité doit être reconnue et peuvent se montrer irritables voire colériques si ce n’est pas le cas. Les personnalités narcissiques considèrent les autres comme des personnes “ordinaires” qui ne peuvent pas comprendre leurs besoins et qui doivent donc passer après elles et leur porter toute l’attention qu’elles méritent. Ces différents traits leurs posent régulièrement problème dans leurs relations sociales et dans le domaine professionnel puisqu’au vu de leur haute estime d’elles-mêmes, elles ont du mal à supporter les critiques, les retours négatifs et les échecs.
  5. La personnalité histrionique. Les personnalités histrioniques ont sans cesse besoin que l’attention soit portée sur elles et ce besoin se manifeste par le théâtralisme et la provocation dans leurs comportements, leur physique et leur style vestimentaire. Elles ressentent et expriment leurs émotions de manière excessive et exagérée et bien souvent embarrassante pour les autres. Elles entretiennent des relations très superficielles avec les autres, basées le plus souvent sur du charme et de la séduction dans le but de satisfaire des besoins affectifs et d’attirer l’attention et l’admiration sur elles. Lorsque ces besoins ne sont pas satisfaits, les personnes histrioniques vont ressentir des affects tels que la colère, la déprime, l’irritabilité, etc. et auront recours à la dramatisation si les personnes qu’elles côtoient se lassent d’elles et coupent les ponts.

 

6. La personnalité dépendante. Ces personnes pensent qu’elles sont incapables de se débrouiller seule et ont constamment besoin des conseils et du soutien d’autrui. Elles ont un besoin extrême d’être rassurées, soutenues, voir prises en charge par les autres. Les personnalités dépendantes ont énormément de mal à prendre des décisions par elles-mêmes et ont tendance à laisser les autres les prendre à leur place et à assumer leurs responsabilités. Elles auront également beaucoup de difficultés à exprimer leur désaccord ou leur colère, parce qu’elles redoutent de perdre le soutien des autres. Lorsqu’elles craignent d’être abandonnées, leurs réactions peuvent être disproportionnées voir même violentes. Bien souvent, leur cercle d’amis est restreint et se résume aux personnes dont elles sont dépendantes. Pour elles, les désaccords et les critiques les renvoient à leur incompétence et au fait qu’elles aient besoin d’être supervisées, sans quoi elles ne sont capables de rien. C’est également pour cela que les situations ou elles doivent prendre des décisions seules sont génératrices d’angoisse pour elles.

7. La personnalité évitante. Ces personnes sont très inhibées socialement et évitent les situations sociales et professionnelles ou elles pourraient se retrouver face au jugement des autres et/ou à de la désapprobation. Pour cause, elles pensent qu’elles sont incompétentes et sont extrêmement sensibles à la critique. Lors de situations sociales, craignant d’être jugée, elles ne prennent pas position afin de ne pas s’exposer au risque d’être humiliée par la critique d’autrui. Elles ont si peu confiance en elles qu’elles ne s’impliquent pas dans les relations interpersonnelles. Les personnes évitantes sont le plus souvent timides et prudentes.

8. La personnalité paranoïaque. Les personnes paranoïaques sont extrêmement méfiantes envers les autres. Pour elles, si quelqu’un est gentil c’est parce qu’il a des intentions malveillantes dissimulées et qu’il va essayer de se servir d’elles pour arriver à ses fins. Elles s’attendent sans cesse à être utilisées et exploitées et ont régulièrement des doutes infondés sur la loyauté de leur entourage. C’est pour ces raisons qu’elles ne communiquent et ne se confient que très peu. Les personnalités paranoïaques peuvent percevoir des attaques et des menaces dans des événements anodins et si, par malheur, elles se sentent humiliées ou blessées, elles réagissent de façon disproportionnée en contre-attaquant de façon colérique et parfois virulente.

9. La personnalité schizotypique. Ce type de personnalité est marqué par un fonctionnement global “bizarre”, excentrique. Ces personnes ont des comportements étranges, spontanés qui n’ont pas pour but d’attirer l’attention. Pour elles, tout événement même minime a un sens et rien n’arrive par hasard. Elles peuvent parfois être persuadées de posséder des “pouvoirs” qui leurs permettent de percevoir des choses que les autres ne peuvent percevoir, d’anticiper des événements à l’avance et/ou de lire dans les pensées des gens. Les personnes schizotypiques ne comprennent pas les normes sociales, ce qui les rend mal à l’aise et les amène à éviter de se lier avec autrui. Elles ont souvent un cercle social très restreint. Il y a très peu de personnalités schizotypique dans la population.

10. La personnalité schizoïde. Les personnalités schizoïdes sont extrêmement introverties, renfermées et discrètes. Elles n’ont quasiment pas de relations interpersonnelles et sont indifférentes aux autres personnes. Elles expriment peu d’émotions et ne comprennent ni ne s’intéressent à celles des autres. Ce sont des personnes extrêmement solitaires, qui considèrent que la vie est mieux sans les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *